Colloque CERCLE DE REFLEXION EN ETHIQUE APPLIQUEE

Thème : « NOUVEAUX DEFIS BIOÉTHIQUES ET PERTINENCE DE LA MORALE CHRÉTIENNE 50 ANS APRÈS HUMANAE VITAE« 

ARGUMENTAIRE

La révolution contraceptive n’est pas qu’un simple procédé pour la planification des naissances. Elle est toute une idéologie, une philosophie avec une teneur matérialiste qui a pour but « de changer la notion même de la vie» en lui faisant perdre son caractère absolu et transcendant pour la considérer comme un vulgaire matériau comme tous les autres et c’est la culture de chaque époque qui la détermine et la définit. Dans la culture matérialiste, hédoniste et consumériste de la postmodernité, ce n’est plus à la religion ni à la conscience à assurer la fonction éthique, mais au pouvoir politique soutenu par  la médecine toute puissante. Comme nous pouvons le voir, une telle pensée va à l’encontre de la morale chrétienne et ne peut qu’apporter de graves bouleversements dans la conception du corps sexué et sa signification profonde.

On peut donc comprendre la clairvoyance et le grand courage de Paul VI dans son encyclique très contestée Humanae vitae (25 juillet 1968). Il a accepté d’être impopulaire, voire anachronique  pour  défendre la  loi morale et la vraie dignité de la personne humaine. Il a su que c’est un acte de «charité de crier au loup, quand il est au milieu des brebis, ou partout on se  trouve.» Là où beaucoup de penseurs catholiques de haut vol et d’éminents théologiens ne voyaient dans la contraception qu’une simple question de méthode de régulation de naissance, lui voyait « la révision du concept de vie humaine dans un sens matérialiste. Puisque l’enjeu d’une question comme celle de la contraception est d’ordre éthique, anthropologique et métaphysique». Pour Paul VI, seule une « vision intégrale de l’homme et de sa vocation, non seulement naturelle et terrestre, mais aussi surnaturelle et éternelle » (HV 7) permet de comprendre la véritable nature de l’amour conjugal et le sens plénier de la sexualité humaine. Cinquante ans après sa publication, l’enseignement d’Humanae

Vitae reste pertinent et actuel. Peut-être que le message de Paul VI n’a pas été entendu comme celui des prophètes de tous les temps, mais on finit toujours par découvrir dans leur entêtement la nouveauté et la voie qui conduit l’homme à son véritable bonheur. « De l’Humanae vitae vous remercierez Dieu et moi», a scandé le Pape prophète quelques mois seulement avant sa mort.

Le but de ce colloque est donc de promouvoir un forum de réflexion sur la pertinence et l’actualité de ce texte 50 ans après. Il convient pour cela non seulement de redécouvrir le message fondamental de Humanae vitae, mais aussi de l’évaluer au regard des défis actuels : la légalisation de l’avortement, l’approbation juridique de l’homosexualité, la vulgarisation de l’idéologie du genre, la nouvelle acception de la santé maternelle, sans oublier la révolution anthropologique relative à la conception du corps humain. Voilà autant de préoccupations qui méritent de retenir l’attention du théologien moraliste aujourd’hui.

Les commentaires sont clos.

© 2016 Université Catholique d'Afrique Centrale - le site internet officiel - All right reserved - By Bantu Média