Colloque international sur le phénomène migratoire. Homélie du Grand chancelier

FacultésCommentaires fermés sur Colloque international sur le phénomène migratoire. Homélie du Grand chancelier

Dans les pays d’arrivée

L’arrivée inattendue de flux de migrants et de réfugiés toujours plus nombreux, peut avoir pour effet de plonger les citoyens des pays d’accueil dans la peur et le soupçon. Le climat général étant dominé par la crise, le réfugié et le migrant apparaissent comme des intrus qui viennent aggraver les conditions de vie rendues difficiles par une crise de plus en plus aigüe.

Les sociétés économiquement les plus avancées ont tendance à développer en leur sein un individualisme accentué qui, uni à une mentalité utilitariste et multiplié par le réseau médiatique, produit la “ mondialisation de l’indifférence ”. Dans ce contexte, les migrants, les réfugiés, les personnes déplacées et les victimes de la traite des personnes sont devenus l’emblème de l’exclusion car, au-delà des malaises que comporte en soi leur condition, on fait peser sur eux un jugement négatif qui les considère comme cause des maux de la société. L’attitude à leur égard constitue une sonnette d’alarme qui nous avertit du déclin moral qui nous guette si l’on continue à concéder du terrain à la culture du rejet. De fait, sur cette voie, tout sujet qui ne rentre pas dans les canons du bien-être physique, psychique et social court le risque de la marginalisation et de l’exclusion.

Les migrants et les réfugiés : victimes de l’instrumentalisation de la nouvelle éthique mondiale

Il ne serait pas superflu de souligner que les conflits armés et le terrorisme qui détruisent l’Afrique portent aussi la responsabilité de certaines puissances pour lesquelles l’essor de l’Afrique représente un véritable danger.

Notre continent est reconnu comme le lieu où la foi en Dieu est prioritaire, où le respect de la loi naturelle est le fondement de la société et où la vie abonde de toutes parts, avec une jeunesse nombreuse éduquée à la bonne moralité dans les familles, gardiennes des valeurs et des saines traditions.

Il y a des valeurs auxquelles l’Afrique tient : la vie et la famille. Il faut les sauvegarder. Il y a aussi des valeurs anthropologiques, morales, éthiques et théologiques non négociables. Il faut les sauvegarder contre toute tentative de déstabilisation. Ce sont des valeurs qui nous permettent d’être ce que nous sommes en Afrique et de l’être en bien. On ne peut vouloir nous les arracher sans qu’il y ait de la part de nos autorités politiques une résistance pour les défendre.

Lisez la suite de l’homélie

Les commentaires sont clos.

© 2016 Université Catholique d'Afrique Centrale - le site internet officiel - All right reserved - By Bantu Média