Colloque international sur le phénomène migratoire. Homélie du Grand chancelier

FacultésCommentaires fermés sur Colloque international sur le phénomène migratoire. Homélie du Grand chancelier

En revenant sur la lettre apostolique Admirabile segnum déjà cité, nous observons avec le Pape que nous avons l’habitude de mettre de nombreux santons symboliques dans nos crèches. Tout d’abord, ceux des mendiants et des personnes qui ne connaissent pas d’autre abondance que celle du cœur. Eux aussi sont proches de l’Enfant Jésus. Les pauvres, en effet, sont les privilégiés de ce mystère et, souvent, les plus aptes à reconnaître la présence de Dieu parmi nous.

Les pauvres et les simples dans la crèche rappellent que Dieu se fait homme pour ceux qui ressentent le plus le besoin de son amour et demandent sa proximité. Jésus, « doux et humble de cœur » (Mt 11, 29), est né pauvre, il a mené une vie simple pour nous apprendre à saisir l’essentiel et à en vivre. De la crèche, émerge clairement le message que nous ne pouvons pas nous laisser tromper par la richesse et par tant de propositions éphémères de bonheur. Le palais d’Hérode est en quelque sorte fermé et sourd à l’annonce de la joie. En naissant dans la crèche, Dieu lui-même commence la seule véritable révolution qui donne espoir et dignité aux non désirés, aux marginalisés : la révolution de l’amour, la révolution de la tendresse. De la crèche, Jésus a proclamé, avec une douce puissance, l’appel à partager avec les plus petits ce chemin vers un monde plus humain et plus fraternel, où personne n’est exclu ni marginalisé.

C’est pourquoi la présence des migrants et des réfugiés – comme, en général, des personnes vulnérables – représente aujourd’hui une invitation à retrouver certaines dimensions essentielles de notre existence chrétienne et de notre humanité, qui risquent de s’assoupir dans un style de vie rempli de confort.

Pour finir, le pape François nous propose un chemin de conversion dont l’enjeu fondamental est l’attitude spirituelle déterminante de « sortie de soi ». Il s’agit de rompre avec l’isolement et la conscience de l’autoréférentialité, et d’adopter t’attitude de Jésus, faite d’attention aux autres et à l’environnement, et qui fait naître la réaction morale qui prend en compte l’impact que chaque action et chaque décision personnelle provoquent hors de soi-même. Quand nous sommes capables de dépasser l’individualisme, un autre style de vie peut réellement se développer et un changement important devient possible dans la société (LS 208).

Le Sacré Cœur de Jésus continue à saigner à cause de l’injustice qui entraine la guerre et la destruction de la famille, à cause de l’indifférence qui endurcit nos cœurs devant la misère de nos frères et sœurs migrants et réfugiés.

Les commentaires sont clos.

© 2016 Université Catholique d'Afrique Centrale - le site internet officiel - All right reserved - By Bantu Média