Colloque Lecture Africaine de la Pensée de BENOÎT XVI

FacultésCommentaires fermés sur Colloque Lecture Africaine de la Pensée de BENOÎT XVI

PROBLEM STATEMENT

ARGUMENTAIRE

L’engagement de Benoit XVI avec l’Afrique ne se résume pas seulement à travers ses écrits comme Africae Munus adressé à tous les africains et qui les exhorte à être au service de la réconciliation, de la justice et de la paix sur le continent. Il s’est fait aussi par ses multiples visites sur ce continent : le Cameroun (mars 2009), l’Angola (mars 2009) et le Benin (2011).

Avant d’entreprendre sa première visite en Afrique Benoit XVI donne L’objet de sa visite :  «Je pars pour l’Afrique conscient de ne rien avoir d’autre à proposer et à donner à ceux que je rencontrerai que le Christ et la Bonne Nouvelle de sa Croix. » Le lendemain, à son arrivé à Yaoundé, Cameroun, il reprend son discours ainsi : « Devant la souffrance ou la violence, devant la pauvreté ou la faim, devant la corruption ou l’abus de pouvoir, un chrétien ne peut jamais garder le silence. Le message de salut de l’Évangile doit être proclamé de manière forte et claire, afin que la lumière du Christ puisse briller dans les ténèbres où les gens sont plongés ». (Aéroport international Nsimalen de Yaoundé. Mardi 17 mars 2009).

On retrouve dans ce discours un rappel, par le pape, la responsabilité de l’église en Afrique. Après le premier Synode sur l’Afrique, l’exhortation de Jean-Paul II Ecclesia in Africa mettait en 1995 l’accent sur l’Église famille humaine du continent noir, et donnait une large place aux thèmes de l’inculturation du catholicisme. Plus de 15 années après, alors que comme le disait Benoît XVI au Cameroun en 2009 « les conflits locaux et régionaux, les massacres et les génocides qui se sont développés dans le continent doivent nous interpeller de manière toute particulière. » Le texte rendu public par le pape, samedi 19 novembre 2009, tire les conclusions du second Synode sur l’Afrique, et pose plus directement la question de l’action de l’Église face à cette situation. L’exhortation Africae munus demande une remise en ordre interne de l’Église africaine. Elle interroge la contribution de l’Église catholique en Afrique à l’édification de sociétés réconciliées, plus justes et paisibles.

Benoît XVI incarne la réconciliation de la raison et de la lumière divine. C’était dans cet esprit qu’il a prononcé une conférence à Ratisbonne le 12 septembre 2006, devant les « représentants du monde des sciences » au grand amphithéâtre de l’Université où il enseigna dans sa jeunesse (dans le cadre d’un voyage apostolique de cinq jours en Allemagne). Il voulait rappeler qu’on ne pouvait exclure de la raison (et plus généralement, de la science) la question de Dieu. Et réciproquement.

Lisez la suite de l’article par ici

Les commentaires sont clos.

© 2016 Université Catholique d'Afrique Centrale - le site internet officiel - All right reserved - By Bantu Média