Messe de la rentrée 2018-2019

Frères et sœurs en Christ.(Homélie du jour)

En ce 28ème dimanche du temps ordinaire, la Liturgie nous invite à nous arrêter sur une seule chose, une interrogation importante à laquelle chacun est ou sera confronté : quel est le sens de ma vie. Il faut comprendre le sens de la vie dans la multi-dimensionnalité  du mot sens, comme signification, comme direction, orientation, et comme finalité. Deux figures nous aident à davantage entrer pleinement dans ce qui donne le vrai sens à la vie humaine : Salomon et le jeune-homme riche.

Dans la première lecture du Livre de la Sagesse, le roi Salomon, considéré comme l’icône même de l’homme réalisé par Dieu, nous invite à partager la saisir comment la Sagesse de Dieu peut donner sens à la vie. Rappelons-nous l’histoire : Durant la nuit à Gabaon où Salomon devrait offrir 1000 animaux au Seigneur lors de la première grande célébration de son règne, il eut un songe. Dieu lui dit : « demande-moi tout ce que tu veux, et je te le donnerai ». La réponse de Salomon, nous le savons : au lieu d’une longue vie, au lieu de la victoire définitive sur ses ennemis, au lieu de la richesse, il demande à Dieu de lui donner la sagesse nécessaire qui convient pour une bonne gouvernance de son peuple. Ainsi il obtient de Dieu une telle sagesse qu’aucun homme avant lui ou après lui ne puisse jamais l’égaler. C’est ce sage par excellence qui nous instruit aujourd’hui en nous disant avant tout que toute sagesse comme don de Dieu nous indique le sens de notre vie, entendu ici comme direction. En réalité, la sagesse, c’est l’aptitude humaine à discerner ce qui convient dans tout le possible qui s’offre. Reconnaitre que toute sagesse vient de Dieu, c’est fonder se remettre entre les mains de Celui qui est la Sagesse par excellence, Dieu lui-même. Ensuite, Salomon nous exprime que la Sagesse peut être donnée suite à une demande humaine. Tout le monde peut le demander et l’obtenir car c’est Dieu qui donne, selon certaines conditions. En effet, Salomon n’a pas pensé à sa vie, à son bien-être, à son avoir, … mais plutôt au discernement pour saisir ce qui convient dans la bonne gouvernance du peuple de Dieu. Dieu accorde cette demande bien au-delà de toute attente. A celui qui s’oublie pour penser avant tout au Bien de l’autre comme Salomon, Dieu accorde sagesse et force.

Si nos gouvernants pouvaient, chaque jour de leur vie, adresser cette même demande à Dieu ! Nous pourrions le faire à leur place en demandant que le Seigneur donne à ceux qui détiennent le pouvoir de gouverner son peuple que nous sommes, sa sagesse, la claire vision de ce qui convient, et la force de l’accomplir.

Le Seigneur nous pose à chacun la même question comme à Salomon : « que veux-tu que je te donne, que veux-tu que je fasse pour toi » ? La vraie sagesse, c’est de reconnaître sa vraie place, c’est-à-dire tout petit devant Dieu. La première sagesse est donc de reconnaître que l’on a besoin de la sagesse venant de Dieu, c’est reconnaître sa petitesse, car en réalité, devant lui, nous ne sommes rien. Reconnaitre ma petitesse devant Dieu est l’expression de la vraie sagesse. Voilà ce que nous enseigne Salomon et ce que nous chante encore le psalmiste en ce jour.

Mais suffit-il d’être sage pour avoir la vie ? Que nous faut-il faire pour vivre vraiment ? Telle est la question du
Lire la suite ici…

Les commentaires sont clos.

© 2016 Université Catholique d'Afrique Centrale - le site internet officiel - All right reserved - By Bantu Média